Costa Riac 2

                   Après le volcan Arenal et la lagune , nous avons pris la route de l’intérieur qui passe par Canas , Bagaces , Liberia pour aller sur la péninsule de Nicoya , péninsule sauvage et au climat l’un des plus secs du Costa Rica . Les arbres à feuilles caduques sont encore nus et après avoir franchi nombre de montées et de descentes assez sévères , nous voici en vue du Pacifique avec son bleu d’azur . Nous sommes surpris par la grande tranquillité de Playa Panama , petite plage de sable beige au fond d’une baie .

DSC02247

                                                                                                                                                                                    PLAYA  PANAMA

                   Playa Hermosa , une jolie baie entourée de promontoires et parsemées de cocotiers , mais nous n’avons pas trouvé Ed’espace pour nous arrêter et nous avons poussé un peu plus loin jusqu’à Playa del Coco dont l’agglomération est plus importante que les précédentes . La plage a comme les deux autres des promontoires et au large il y a deux gros rochers colonisés par des pélicans bruns . Le long de la plage une large bande de pelouse bien entretenue , plantée d’arbres ici et là et entre autres de citronniers , nous fait un clin d’oeil , et nous nous arrêtons à l’ombre . Endroit calme et familial dans la journée . Le soir changement de décor , le bruit vient de partout . Ce serait vraiment trop que de parler de musique . Heureusement il y a les boules quies . Arrivés jeudi soir à El Coco , nous y sommes restés vendredi .

SAM_5279

SAM_5280

SAM_5296

SAM_5297

SAM_5289

                   Nous avons bien aimé El Coco .

                   Samedi 21 mars , nous continuons à suivre la côte vers le sud . Nous sommes toujours dans cette région tropicale sèche mais qui devient de plus en plus verte ( bananiers , cocotiers ) . Nous nous arrêtons assez rapidement à Brasilito , où nous trouvons un bord de mer ( à marée haute il n’y a plus de plage ) sous les arbres . Donc , nous sommes à l’ombre ( ici il fait très chaud ) , il n’y a presque personne . Mais nous voyons se faire les préparatifs d’une fête , ce sera un anniversaire . Un groupe local bien équipé fera une démonstration très dynamique . Dimanche très calme . Quelques familles viennent pique-niquer . Nous sommes à côté d’un restaurant , le Don Brasilitos , qui nous fournit la wifi , ce qui nous permet d’avancer notre blog .

SAM_5303

DSC02307

DSC02250

SAM_5317

 

                   Lundi 23 mars , nous continuons notre tour de péninsule de Nicoya et allons à Playa Grande , une magnifique plage bordée de mangrove , aux puissantes vagues qui réjouissent les surfeurs et est considérée à l’échelle mondiale comme l’un des plus importants sites de nidification de la baula ou tortue luth ( la plus grande du monde ,elle peut peser jusqu’à 400 kg ) . Mais quand nous avons appris que nos chances de voir des tortues luth étaient minimes ( fin de la saison ) les tortues venant de moins en moins pondre à Playa Grande et surtout qu’il est interdit de photographier , de filmer , d’utiliser des lampes …Nous avons décidé de ne pas rester .

DSC02300

DSC02289

DSC02291

                  

                   et avons décidé de passer notre chemin pour aller à Playa Tamarindo surnommée Tamagringo . C’est un spot de surf incontournable au Costa Rica , lieu de fête , ce qui en fait une destination de choix pour les touristes . C’est la plage la plus développée de la péninsule avec une multitude d’hôtels , bars , restaurants . Nous avons trouvé l’ambiance assez quelconque .

On s’est vite aperçu que la route goudronnée ne suivait plus la côte et passait par l’intérieur . Ne voulant plus refaire l’expérience de routes impossibles , ici en plus , il faut franchir des crêtes et passer des rivières ( de nombreux rios aboutissent à la mer ), pour arriver à Samara plage qui se trouve presqu’au sud de la péninsule , nous avons fait un grand détour par l’intérieur .

Samara est une assez petite , mais superbe plage de sable gris pâle , en forme de croissant , enjambant deux caps rocheux , un lieu de tranquillité pouvant être parcouru à pied . Nous y avons trouvé un endroit idéal à l’ombre , au bout d’un chemin menant à l’une des extrémités de la plage . La visite du village est vite faite , deux rues , des stands de vêtements , colifichets , écharpes le long de la plage  , beaucoup de couleurs et de mauvais goût .

DSC02280

DSC02258

DSC02259

DSC02263

DSC02264

DSC02255

 

 

 

 

 

 

 

DSC02278

                  Mardi soir , il fait encore très chaud , nous sommes dans le camping-car , dans le noir à cause des insectes , les vitres des portières avant ouvertes . A un certain moment , je cherche mon sac mais comme cela m’arrive souvent de chercher quelque chose je n’y pense plus . Et puis tout d’un coup , où est l’appareil photos ? Et bien , ils étaient tous les deux sur mon siège , comme presque toujours la nuit et quelqu’un a passé le bras par la fenêtre sans qu’on s’aperçoive de quoique ce soit . Le lendemain matin , j’ai retrouvé mon sac plastique de chez china et tout son contenu sans valeur éparpillé dans le champ à une trentaine de mètres du camping-car . Mais évidemment d’appareil photo point !

                  Mercredi 25 mars , nous sommes toujours à Samara . Guy va à pied au village et moi à la plage , mais il fait vraiment trèschaud pour rester au soleil à part quelques fadas dont je suis , les gens se promènent sur la plage ou sont sous les cocotiers . L’après-midi , promenade à Playa Carillo à environ 4 kms . Large plage de sable entre deux caps rocheux , des cocotiers tout le long et la jungle en toile de fond . Très belle plage prise d’assaut par les ticos ( costaricains ) les vacances et les jours fériés .

DSC02267

 

                   Jeudi 26 mars , nous avons quitté Samara et puisque nous n’avions pas pu faire le tour de la péninsule comme nous le pensions , nous remontons à Brasilito que nous avions bien aimé en passant par Playa Grande pour refaire quelques photos que nous n’avions plus . A Brasilito , à peine étions nous installés , le téléphone ( nous avons acheté une carte sim locale ) sonne . C’est l’ambassade de France , les passeports sont arrivés , treize jours , youpi ! Nous décidons aussitôt de lever le camp et de nous rapprocher de San Jose qui est à 256 kms de Brasilito . Nous sommes partis assez tard , la route est très mauvaise et nous nous arrêtons 70 kms plus loin ( ici il fait nuit à 18 h ) .

                   Vendredi 27 mars , nous avons pris la route pour San Jose à 5h. San Jose est épouvantable à traverser quelque soit l’heure et nous arrivons au consulat à 8h30 . Nous trouvons que les deux fonctionnaires auxquelles nous avons eu à faire sont les personnes les plus sympathiques et les plus diligentes du Costa Rica . Nous repartons aussitôt vers le nord , direction le Nicaragua mais nous faisons un petit détour vers Puntarenas l’une des villes les plus connues du Costa Rica et maintenant un grand port de commerce sur le déclin . Les paquebots de croisière n’y viennent plus mais vont à Quepos , plus au sud .

                   Nous continuons vers le nord sur l’interaméricaine en direction du Nicaragua . Bivouac sur un parking à La Cruz , dernière localité avant le poste frontière de Penas Blancas .

                                                                                                                                                                                        

DSC02309

                                                                                                                                                                                           SAN  JOSE

                  Samedi 28 mars , au départ de La Cruz posée sur un plateau montagneux nous admirons le panorama splendide que nous offre le littoral battu par les vents

DSC02317

                   Nous avons entendu parler la Playa Jobo , mais pour cela il faut passer par plus de 15 kms de route caillouteuse . Mais sept kilomètres avant d’arriver, nous nous retrouvons sur une très belle route qui nous laisse présager que l’endroit s’est singulièrement développé ces dernières années . Et nous nous retrouvons en face d’une baie de 300 m de large , aux eaux calmes et d’un bleu merveilleux .

DSC02340

DSC02343

DSC02341

                   Notre bivouac est sur un parking avant la plage à côté d’un complexe hôtelier , le Dreams las Mareas , qui nous permet de bénéficier de la wifi . Nos voisins les plus proches sont une compagnie de cinq ou six singes hurleurs .

DSC02358

                 

                  Quelques mots sur le Costa Rica , 4,5 millions d’habitants dont 1,5 à San Jose . A supporté la crise de 2008 mieux que le monde entier grâce aux profits générés par le tourisme ( dont la moitié est constitué par les nord- américains .L’atttrait majeur du pays se trouve dans la forêt tropicale ( mais qui est menacée par le nombre croissant de visiteurs ) . D’un côté , on a le vent et les grosses vagues du Pacifique , de l’autre le littoral au climat lourd et languissant de la mer des caraïbes . Entre les deux des volcans actifs , de hauts sommets et des forêts d’altitude .

                   Dès le début nous avons senti que nous ¨aurions du mal ¨avec le Costa Rica . Nous avons trouvé quand même de magnifiques plages où l’on peut s’arrêter au bord du chemin mais si comme les ticos vous n’êtes pas derrière vos barreaux , vos grillages , vos fils de fer barbelés , vous avez du souci à vous faire . Merci le Costa Rica où le niveau de vie élevé pousse les démunis à la criminalité , bravo pour votre emblème national ¨la pura vida ¨qui ne l’est sans doute pas pour tout le monde .Et hasta luego .

                   Nous sommes restés vingt jours au Costa Rica et avons parcouru 2700 kms