Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
les Amériques en camping-car
16 mars 2015

PANAMA

CapturePanama

SAM_4754

                   Mercredi 4 mars : fin de l’épisode maritime en ferry . Entrée vers 14 h30 dans le port de Colon au Panama . Et plus fort que les douaniers colombiens , on trouve les douaniers panaméens ! Le nombre de passagers à pied et de véhicules n’avait pas augmenté en cours de route , mais nous sommes tout de même sortis des locaux de la douane vers 22h .

 

SAM_4760

                                                                                                                                                                             LES  CAMPING-CARS

SAM_4759

                                                                                                                                             LES  MOTARDS  COLOMBIENS  EN  ROUTE  POUR  MIAMI

SAM_4763

                 

                   Un nouvel épisode commençait : l’enregistrement du camping-car à la douane . Pour cela il était nécessaire de présenter le ¨bill of lading¨ fourni par la compagnie du ferry et que distribuait une employée de la douane qui en même temps vous demandait si vous étiez en possession de l’assurance obligatoire et dans le cas contraire ( le nôtre ) allait en chercher une en dehors de la zone douanière (coût : 30 dollars pour 1 mois ) . D’autre part , il fallait fournir les photocopies du passeport , de la carte grise et du permis de conduire ( conseils aux voyageurs : prévoir un stock de photocopies de ces documents ) .

                    Nous avons terminé les formalités vers 22 heures . Et nous avons passé la nuit sur le parking de la douane .

                   Jeudi 5 mars , à la sortie du port , découverte de Colon ( deuxième ville du Panama , plus de 200000 habitants ) , et là , bien que nous en soyons un peu avertis , nous nous sommes trouvés devant une ville en état de décomposition . Des ruines , la saleté , la misère sociale entraînant la criminalité . Il était bien recommandé de passer sans s’arrêter et c’est ce que nous avons fait . Pourtant on a bien vu que Colon n’avait pas toujours été dans cet état et qu’elle avait du connaître son heure de gloire grâce en particulier à la ligne de chemin de fer qui traversa pour la première fois l’isthme le 28 janvier 1865 . La prospérité lui vint par la suite avec les premiers travaux de construction du canal. Elle devint un port très riche . Mais dans les années 1980 la crise économique lui porta un coup fatal au bénéfice de Panama city .

                  

SAM_4767

                                                                                                                                                               ARRIVEE  A  PANAMA

                   A la sortie de Colon , nous avons suivi l’autoroute qui mène à Panama city . Nous avons des données gps pour un bivouac dans un quartier excentr é qui est la presqu’ile de Ferte Amador . Tout à fait par hasard en passant sur l’Avenida Simon Bolivar nous avons vu une entreprise de gaz , Panagaz . Nous étions en rupture depuis plusieurs jours à Carthagène . Nous nous sommes arrêtés aussitôt . Le remplissage de la bouteille paraissait ne pas poser de problèmes . Effectivement le lendemain , nous sommes revenus prendre livraison de la bouteille ce qui nous a coûté 12 dollars . Voici l’adresse de cette entreprise : LPG de Panama SA  Transistmica milla 4 P

                         Panages San Miguelito

Revenons à notre lieu de bivouac . C’est une grande et agréable place avec des zones ombragées , des bouquets de palmiers . Au bout d’un moment nous avons vu arriver les uns après les autres nos ¨amis ¨, les camping –caristes du ferry . Cet endroit est sans doute le seul de Panama où l’on puisse s’arrêter facilement . Nous avons un peu goûté à l’ambiance du trafic à Panama et ce n’est pas une petite affaire . Ici , comme dans les autres pays sud américains , la circulation est un combat agressif et permanent .

SAM_4807

Dans l’après –midi , nous sommes allés à la première visite qui s’impose ici : les écluses de Miraflores ,mais auparavant il faut faire un rappel historique sur le canal de Panama .

Le premier à se soucier d’une traversée de l’isthme par voie maritime fut Charles Quint . Puis une expédition américaine vers 1870 se solda par une hécatombe . La grande aventure commença avec la construction d’une ligne de chemin de fer reliant Colon sur la côte caraïbe à la ciudad de Panama du côté Pacifique . Cela permettait aux nombreux aventuriers américains un passage rapide pour aller coloniser l’ouest .

Une première société française dont le président était Ferdinand de Lesseps ( canal de Suez ) entreprit la construction du canal mais fut déclarée en faillite neuf ans plus tard . Plusieurs explications à cela : problèmes techniques sous estimés , détournements financiers et surtout le paludisme ( 22000 morts pendant ces neuf ans ) .

SAM_4808

SAM_4809

 

 

 

 

 

 

 

             Les américains entrèrent de nouveau dans l’histoire . Le 3 novembre 1903 est proclamée la république panaméenne et le 18 novembre 1903 un accord est signé par lequel le Panama concède aux Etats-Unis le droit de construire un canal et de l’administrer à perpétuité . Dès 1904 , les travaux reprennent de manière beaucoup plus efficace . Le canal fut inauguré le 15 aoùt 1914 . Après des année de domination américaine , l’administration des installations du canal fut transférée dans sa totalité à la République du Panama le 31 décembre 1999 .

canal de panama

                  Le canal mesure 80 kms de long et comporte trois séries d’écluses . Celles de Miraflores qui se trouvent à l’endroit où débouche le canal sont les plus élevées car les variations des marées sur la côte Pacifique sont les plus importantes ( jusqu’à 7 m ) . Le trafic est permanent , la nuit le parcours est éclairé . Aux écluses de Miraflores , quinze minutes à peine suffisent pour élever de 9 m le niveau de l’eau . Plus de cent mille tonnes d’eau douce provenant du lac artificiel Gatun sont nécessaires pour remplir les sas des écluses ( pas d’eau de mer pour ne pas endommager les mécanismes ) .

                  Les mulas , locomotives électriques qui tirent les bateaux dans les écluses pèsent 47 tonnes chacune et servent à stabiliser le bateau qui entre dans le sas .

                  La durée moyenne pour le passage d’un bateau à travers le canal est de vingt quatre heures .

                  La taxe de passage est déterminée en fonction du poids du bateau , de sa taille et de son pavillon ( pour celui du Panama , les droits sont moins élevés ) .

SAM_4769

SAM_4770

SAM_4774

SAM_4779

SAM_4785

                   Actuellement le canal est trop petit . Les petits cargos dits panamax de 294 m maximum de long , transportant jusqu’à 4500 containers peinent parfois à franchir les écluses . En 2006 , les panaméens se sont prononcés à 80% pour l’agrandissement du canal . Il s’agit de doubler la capacité en creusant une troisième voie qui permettrait d’accueillir les gigantesques navires post panamax , mesurant jusqu’à 366 m et transportant jusqu’à 12000 containers .

SAM_4806

                  Samedi 7 mars : après être passés devant les gratte-ciel plutôt élégants du Panama ciudad moderne , nous sommes allés à Panama Viejo .

SAM_4841

SAM_4848

                   Casco Viejo , appelé aussi Casco Antiguo , a parait-il des airs de La Havane que nous ne connaissons pas . Quelques beaux ensembles d’immeubles ont été bien restaurés mais il reste beaucoup à faire .

SAM_4852

SAM_4854

SAM_4858

                   La Cathedral Metopolitana , édifiée entre 1688 et 1796 est très réussie . La partie centrale est construite avec les pierres du couvent de la Merced ( cela fut décidé par les moines pour laver l’affront fait par le pirate Morgan et ses hommes qui avaient saccagé la ville ). De chaque côté , deux tours peintes en blanc .

SAM_4859

SAM_4860

SAM_4865SAM_4850

                   Le  “ Panama “ : contrairement à ce qu’on pourrait penser , le panama n’est pas originaire de cette région mais de l’Equateur . Le nom de ce chapeau vient du fait que durant la construction du canal , de nombreux travailleurs le portèrent pour se protéger du soleil et de la pluie . Les modèles sont réalisés à partir de la fibre blanche des pousses de palmiers . Son prix est très variable , de 20 à 600 dollars .

SAM_4869

                  En quittant Panama , nous passons sur le Puente los Americas  , construit entre1958 et 1962t qui offre une vue magnifique sur la baie de Panama . La traversée du pont ne peut se faire qu’en véhicule , aussi n’avons nous que des photos prises de loin .

SAM_4832

SAM_4877

SAM_4879

 

 

 

 

 

 

 

                   A la sortie du pont , un monument rappelle la part importante prise par la Chine dans l’histoire du Panama .

SAM_4881

                   En quittant Panama nous avons pris la direction de la côte pacifique , de Punta Chame plus exactement , une langue de terre qui s’avance dans la mer et offre d’immenses plages de sable blanc . La route souvent mauvaise s’ouvre parfois sur des mangroves , parfois sur une végétation tropicale très dense . Nous avions un point gps au bord de la plage qui datait de quelques années . Malheureusement les lieux ont changé , maintenant il y a une clôture . Cependant , nous nous sommes installés à proximité sur un parking d’hôtel très calme  avec wifi . Quand à la plage , quelques cent mètres plus loin , malgré le beau sable blanc , c’est une immense poubelle . Le vent est permanent et violent ( il y a une école de kite surf ) , les vagues interdisent à quiconque de sensé de s’aventurer plus loin que le bord .

SAM_5061

SAM_4888

 

SAM_4889

                   Dimanche 8 mars , nous sommes restés sur place . Guy a profité de la wifi pour se préoccuper ( déjà ) du prochain retour en Europe du camping-car et de différentes démarches qu’il a à faire  ( assurance camping-car pour le Mexique et les USA ) .

Dans la région , il n’y a pas de route en bord de mer mais des propriétés bien gardées . Les quelques espaces accessibles à la mer sont des décharges .

                   Lundi 9 mars : de Punta Chame nous continuons la route pour aller à Santa Clara , la plus belle plage de la région d’après le guide ( 3 étoiles ) . Il faut se détourner de la route et faire plusieurs kilomètres , l’espace entre les maisons se rétrécit de plus en plus . On arrive à des propriétés privées avec des inscriptions tout à fait hostiles . A une barrière nous avons fait l’essai de demander la permission de passer quelques heures à la plage . Réponse par téléphone en anglais , pas question , il faut un droit de passage , propriété privée .

SAM_4904

 

                

                   Nous avons continué vers l’ouest . La route , bonne pendant quelque temps ( refaite ) se dégrade totalement pour devenir presque impraticable . En parallèle un immense chantier de construction d’autoroute se déroule . Le paysage totalement plat et presque désertique se transforme en collines avec des montagnes à l’horizon . Nous avons traversé de longues agglomérations en bord de route , à l’air franchement américain .

SAM_4922

    A un moment , il faut tourner à gauche : à 13 kms nous allons retrouver la mer à Las Lajas . Bonne route , on arrive en vue de la côte . Beaucoup de végétation : les beaux cocotiers , en arrière plan la mer et ses larges vagues . Et catastrophe ! tout le bord de mer que l’on pensait être un paradis est une immense décharge : emballages plastiques , cans , bouteilles de coca , assiettes en plastique …. dégoûtant . Et nous pensions y rester deux jours . Nous n’avons pas de chance avec les plages au Panama .

SAM_4923

                   Mardi 10 mars , on se dirige vers la frontière du Costa Rica . Paysage de moyenne montagne , il fait très très chaud . Nous arrivons à la frontière à Paso Canoa .

                   Nous sommes restés sept jours au Panama que nous n’avons pas beaucoup aimé , à part le canal qui nous a vraiment intéressé . On y a parcouru 780 kms .

Publicité
Publicité
Commentaires
L
Très intéressant comme toujours ... Panama ce n'est pas le Pérou pour les plages !<br /> <br /> J'espère que tout est OK . Ici nous attendons le vrai printemps !!<br /> <br /> Gros bisous de nous deux<br /> <br /> Lydie
les Amériques en camping-car
Publicité
Archives
Publicité